Costume national d'Azerbaïdjan: description

Anonim

Le costume national de chaque nation reflète ses valeurs historiques et culturelles. En étudiant les époques du développement d’une nation, il est possible de retracer les changements subis par les vêtements traditionnels et de révéler les caractéristiques qui n’ont pas changé depuis des siècles. La description du costume national d'Azerbaïdjan est présentée à votre attention dans l'article.

Image

L'histoire du costume azerbaïdjanais

L'histoire du vêtement national azerbaïdjanais est enracinée dans un passé lointain. Au cours de fouilles archéologiques, des accessoires de couture du troisième millénaire avant notre ère ont été découverts. Les sceaux trouvés, la poterie et les bijoux en or, remontant au Ve siècle avant notre ère, peuvent déjà donner une idée du développement matériel des Azerbaïdjanais. Au 6ème siècle après JC, la production de soie s'installa fermement en Azerbaïdjan. Ce type de métier a évolué au fil des siècles et les tissus de soie fabriqués dans ce pays étaient les meilleurs du monde. En plus de la soie, les artisans utilisaient des tissus importés: brocart, coton, velours, tissu. La culture azerbaïdjanaise prévoyait que les tissus étaient presque toujours recouverts de toutes sortes d’ornements. Tous sont inspirés par la beauté de la nature de cette région. Le plus souvent représenté:

  • fleurs de grenade, coings, roses, lis, iris et oeillets;
  • oiseaux simples ou en couples - paon, pigeon, perdrix, rossignol;
  • animaux - cheval, gazelle, tortue

Également brodé sur le tissu:

  • divers motifs géométriques - carrés, losanges, cercles;
  • des images d'articles ménagers (par exemple, un pichet);
  • éléments du symbolisme préislamique - images schématiques de corps célestes.

Brodé même toutes les compositions de l'intrigue. Le plus souvent, ils représentent soit des scènes de la vie du palais, soit des illustrations de poèmes.

Le tissu utilisé était principalement rouge. Cette couleur était le symbole d'une vie heureuse. Les mariées portaient donc une robe rouge pour le mariage. Oui, et le mot Azer (du nom de la nation) est traduit de l'arabe par une flamme.

Des changements de costumes ont été apportés au fur et à mesure que la culture de l’Azerbaïdjan, ses habitants et le développement de nouveaux types d’artisanat. Les événements historiques importants, tels que la guerre, étaient également importants. Si nous considérons le costume des hommes en temps de guerre et à l’époque moderne, nous pouvons constater que les pièces nécessaires au port d’armes ont, de nos jours, perdu leur fonction et sont devenues décoratives.

Image

Costume national des femmes

Le costume national féminin azerbaïdjanais traditionnel est représenté par plusieurs éléments. Il consistait principalement en une chemise, un caftan, une longueur allant jusqu'à la taille et une longue jupe à plusieurs couches. Les types les plus courants de vêtements haut pour femmes étaient:

  • La bouche du keynei est une chemise à manches longues en soie des variétés Ganovuz et Fay. Les manches peuvent être de coupe droite ou avec un petit volant. Sur le cou, il était boutonné sur un bouton. La chemise était ornée d'une belle tresse en or. Sur le bord inférieur, ils pouvaient suspendre une ficelle avec de vraies pièces.
  • Chepken est une sorte de caftan qui a été porté sur la chemise et ajusté au corps. Caractéristiques Chepken: la présence d'une doublure, de fausses manches longues, des poignets de fin. En raison de la présence de détails uniques - Chapyg - Chepken a favorablement souligné la beauté de la silhouette féminine.
  • Arkhaluk est presque le même que le Chepken, mais avec l'ourlet en dessous. L'ourlet était plissé ou plissé. Arkhaluki pourrait être à la fois ajusté et droit, coupe libre avec des coupures sur les côtés. Les manches se terminent par des mitaines. Les Arkhaluki étaient divisés en festif et quotidien. Ils différaient par le choix du tissu et le nombre d'ornements.
  • Lebbade est une robe matelassée à col ouvert, nouée à la taille par une tresse. Les manches de Lebbade étaient courtes et il y avait des fentes sur les côtés de l'ourlet de la ceinture.
  • Eshmek - caftan matelassé aux seins et aux aisselles ouverts, intérieurement gainé de fourrure de furet.
  • Kjurdu - gilet matelassé en velours avec des coupures sur les côtés. Le Khorasan Kyurdu, qui était cousu en cuir jaune et brodé de fils d'or, était particulièrement populaire.
  • Bahari - vêtement matelassé avec des manches droites jusqu'aux genoux.
  • Kyuleche - Vêtements d'extérieur avec une base ondulée aux genoux et des manches au coude.
  • Les brouillards sont des jupes longues en soie ou en laine composées de douze morceaux de tissu. Les brouillards peuvent être ondulés ou plissés. Des pompons de fils d'or ou de soie ont été utilisés comme ornement. Portait souvent 5 à 6 jupes à la fois.
  • Une femme ne pouvait pas sortir sans voile, la couvrant de la tête aux pieds et recouverte d’un tissu qui cache son visage.

Image

Accessoires

En plus des vêtements lumineux, l'image de l'Azerbaïdjan regorgeait de nombreux détails. Les femmes portaient une ceinture au-dessus d'arkhaluk. Les ceintures étaient en or et en argent, et parfois en cuir, ornées de pièces de monnaie ou d’une plaque brillante. Ils utilisaient des broderies et étaient garnis de tresses et de passepoils, de perles et de pièces de monnaie, de diverses chaînes, boutons, broches et plaques. Les artisanes azerbaïdjanaises utilisaient habilement tous les matériaux, transformant les choses en véritables œuvres d'art. Et la broderie est devenue un artisanat distinct et très développé.

Bijoux

Les bijoux azerbaïdjanais sont toujours aimés et utilisés au maximum. Il était impossible de les porter les jours de deuil et les fêtes religieuses strictes. Les femmes les plus âgées et les plus âgées ne les portaient presque pas, se limitant à une paire de bagues. Mais les jeunes filles ont recruté d'importantes collections de chaînes, pendentifs, bagues et boucles d'oreilles, puisqu'elles ont commencé à décorer les plus jeunes dès l'âge de trois ans. Ensemble de bijoux appelé IMARET. Les bijoutiers fabriquaient des produits en métaux précieux et en pierres précieuses.

La combinaison de tissus de vêtements brillants, de toutes sortes d’éléments de décoration et de brillants bijoux a permis de créer une image lumineuse, riche et mémorable.

Selon certains critères relatifs aux vêtements, il était possible de déterminer le statut d'une femme azerbaïdjanaise, son âge. Par exemple, la présence d'une ceinture au-dessus d'un chepken ou d'un arhaluk signifiait qu'une femme était mariée. Les jeunes filles non mariées ne portaient pas de ceinture.

Image

Coiffures

Dans la coiffe, il était également clair si la femme était mariée ou non. Les jeunes filles portaient de petits chapeaux en forme de calotte, mais pas les femmes mariées. Les chapeaux portaient en même temps plusieurs pièces. Tout d’abord, ils ont caché leurs cheveux dans un sac spécial, puis ont enfilé un bonnet (célibataire) et ont noué des châles de couleur kelagai. Après le mariage, les femmes azerbaïdjanaises ont mis plusieurs écharpes sans bonnet.

La qualité du tissu montrait à quel point la famille de la fillette était aisée. Les vêtements décontractés étaient généralement cousus à partir de lin, de laine et de chintz. Mais les tenues étaient en soie, brocart, velours.

Image

Les chaussures

Sur les jambes des chaussures azerbaïdjanaises, des chaussures chaussées sans dos, qui étaient également décorées de bottes de broderie ou de serviette. Sous-chaussures en bas à motifs en coton ou en laine (mouton, chameau) - Jorabs. Jorab festif décoré avec des ornements, même transmis de génération en génération.

Costume national homme

Le costume national des hommes d'Azerbaïdjan est moins brillant, mais très coloré. Le principal attribut et symbole de la masculinité était considéré comme une coiffe. Il ne peut être enlevé en aucune circonstance. La seule raison pour laquelle un Azerbaïdjanais restait tête nue était une fête religieuse du namaz. Si le chapeau était renversé violemment lors d'une dispute ou d'une bagarre, cela pourrait être le début d'un conflit pour les deux familles et causer de l'inimitié pendant de nombreuses années.

Papakha

La fabrication de chapeaux masculins a été faite par des artisans spéciaux. Il y avait toute une technologie pour fabriquer cette coiffe: au début, ils cousaient une forme sur la peau, puis la retournaient de l'autre côté et la recouvraient de coton pour plus de douceur. Une feuille de papier au sucre a été placée sur le dessus pour conserver la forme et cousue avec un support. En tournant le bonnet de fourrure hors du manteau, il a été aspergé d’eau et battu avec un bâton pendant environ 4-5 minutes. Ensuite, le produit a été mis sur le formulaire pendant 5-6 heures.

Les casquettes les plus courantes étaient les bonnets en laine. Ils étaient de formes différentes: coniques ou arrondis. Il était possible de juger de la situation financière d'un homme à l'aide d'un chapeau de fourrure. Les Azerbaïdjanais fortunés portaient des chapeaux pointus ou battaient les pères de fourrures apportées de Boukhara. En vacances, il était d'usage de porter un chapeau d'Astrakhan. Les hommes du peuple portaient des chapeaux en forme de cônes, des papas choban avec une longue fourrure de sieste.

Image

Bashlyk

La cagoule est un autre type de coiffe populaire: une cagoule à base de tissu avec une queue assez longue. Pour une utilisation à domicile étaient destinés aux petites capitales - arakhchiny. En sortant de la rue, ils ont mis un chapeau sur arakhchyn.

Pour le sommeil, ils étaient utilisés par la teskoula, car même la nuit, il était impossible de rester sans robe. Les Azerbaïdjanais portaient des chapeaux en astrakhan lors de diverses célébrations.

Quel était le costume des hommes nationaux?

Le costume national de l'Azerbaïdjan (homme) se compose de plusieurs parties principales:

  • maillot
  • pantalons
  • top chemise
  • Bloomers,
  • Arkhaluk;
  • chukha en tissu (circassien).

Les hommes azerbaïdjanais portaient d'abord une chemise inférieure, de longs jeans, puis une chemise supérieure, au-dessus d'arkhaluk, puis portaient une tenue de choukha. Des bouchons d’essence ont été cousus sur les chukha - nids pour le stockage des cartouches. Par temps froid, ils portaient un long manteau en fourrure de mouton.

Le haut de la chemise était blanc ou bleu. C'était cousu de satin ou de satin. Le fermoir était sous la forme d'une boucle ou sur un bouton. Arkhaluk était cousu avec un col montant. Dans les arkhaluka à simple boutonnage, le fermoir était à crochets, à double boutonnage - à boutons. Il était cousu sur la silhouette. L'ourlet d'Arkhaluk était décoré de volants, les manches étaient droites, rétrécies. Par temps froid, ils portaient un sarouel en laine au-dessus du pantalon. Ils étaient assez larges pour une conduite facile.

Un ajout important au costume national de l'Azerbaïdjan était une ceinture. Ceintures cousues et en cuir, argentées, en soie et brocart. Ils ont été conçus pour transporter des armes et autres petites choses nécessaires. La ceinture était portée sur Arkhaluk.

En général, le regard du guerrier azerbaïdjanais est à couper le souffle: circassien, soulignant les épaules larges et la taille et les hanches étroites, les jambes fines dans des bottes noires - tout cela est combiné à une image courageuse et noble.

Image

Les chaussures

Les hommes azerbaïdjanais utilisaient des chaussures en cuir ou des bottes comme chaussures. Ils étaient monotones, sans motifs ni ornements. Plus tard, les galoches en caoutchouc brillant sont devenus populaires. Des pantoufles Safian sur une semelle plate servaient de chaussures pour la maison.

Au lieu d'une postface

Dans la vie moderne, il est rarement possible de rencontrer des gens en costume national, mais cela ne veut pas dire qu'ils sont oubliés. Au contraire, les designers du monde utilisent beaucoup de leurs éléments dans leurs collections. Et cela est justifié: dans le costume traditionnel du peuple azerbaïdjanais, la beauté, l'harmonie et l'esthétique sont tissés ensemble. C’est l’incarnation de valeurs culturelles, véhiculées dans le temps.

Articles intéressants

Rogovskaya Svetlana Ivanovna pakar dalam ginekologi

Lilia Gritsenko: biografi dan kreativiti

Rashid Karim, pereka pereka terkenal: biografi, kreativiti

Kuasa aneh Queen of Great Britain